Entends à ma priere (Ps. XVII) (Didier Lupi second)

From ChoralWiki
Revision as of 00:57, 1 July 2022 by CHGiffen (talk | contribs) (Text replacement - "*{{PostedDate|2022-06" to "* {{PostedDate|2022-06")
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to navigation Jump to search

Music files

L E G E N D Disclaimer How to download
ICON SOURCE
Icon_pdf.gif Pdf
Icon_snd.gif Midi
Icon_ly.gif LilyPond
File details.gif File details
Question.gif Help
  • (Posted 2022-06-23)  CPDL #69784:       
Editor: Andreas Stenberg (submitted 2022-06-23).   Score information: A4, 3 pages, 103 kB   Copyright: CPDL
Edition notes: a semi-diplomatic edition. N.b. That the sources metod of the notation of the alternate endings in petit reprnce's is retained. The starting point of the repeat is marked with a signum congruentiae sign. The final ending (the end after the second repeat) comes before the double end bar. The ending of the first repeat comes after the doublebar.

General Information

Title: Entends à ma priere (Ps. XVII)
Composer: Didier Lupi second
Lyricist: Giles Daurignycreate page
Number of voices: 4vv   Voicing: SATB
Genre: Sacred musicSacred song

Language: French
Instruments: A cappella

First published: 1549
Description: The second setting to Giles Daurigny's versified translations of the Thirty Psalms of David from Psalmes Trente du Royal Prophete David ... printed by G. & M. Beringen 1549.

External websites:

Original text and translations

French.png French text

Entends à ma priere (O souuerain seigneur)
  Escoute mes clameurs de pleurs et larmes pleines:
  Reçoy mon oraison, qui au cœur de mon cœur,
  Prend sa fontaine et source, et non des leures vaines.

2 Ne souffre aultr que toy pour iuger de mon faict.
    Car tes saincts iugemens en grace tous excedent.
    Ouure sur moy tes yeulx, non pour veoir mon forfaict,
    Mais ma iustice et droict, qui de toy seul procedent.

3 Tu as fonde mon cœur, et de nuict esprouué.
    M'examment par feu, comme l'or par touche.
    Tu m'as bien approuue: mais quoy? yu as trouué.
    Ma beuche au cœur respondre, et mon cœur à la bouche.

4 Ie sçay bien que ie suis plein de peruersité,
    Mais ton parler tresainct (plus doulx que l'ambrosye)
    M'a tiré des sentiers ou gist iniquité,
    Pour me mettre au chemin de salut et de vie.

5 Tu es lumiere, et voye, helas donc dresse moy,
    Monstre moy le chemin qui droict à toy me meine.
    De peur de vaciller ou m'eslonger de toy,
    Craincte de perdre ausi la voye plus certaine.

6 O Seigneur qui tout peulx, ie t'ay requis secours,
    Estant bien seur d'auoir ma requeste exancée.
    Plaise toy donc onyt mes propos en mes iours,
    Qui viennent de mon cœur au fonds de ma pensée.

7 Ta grand misericorde exalte de tout poinct,
    Fais la cognoistre à ceulx qui ont en toy fiance,
    Et la cache à ceulx la qui ne te craignent point.
    Ais pensent resister à ta grande puissance.

8 Mais par grace, et pitie (Seigneur) fois curieux,
    De prendre garde à moy auesques douleurs telles,
    Comme on garde bien cher la pupille des yeulx,
    Me tenat vmbragé de tes puissàntes æsles.

9 O Seigneur garde moy des malings ennemis,
    Qui pour me tourmenter, charité ont chasée,
    Pour mon ame seduire ilz ont tour leur soing mis,
    Pretend dans sor ma vie, et la rendre cassée.

10 Ilz sont si gros, si gras, et pleins d'or et d'auoir,
    Que la gresse en tout temps leur surmonte la veue:
    Parquoy en parlant hault, pensent faire debuoir,
    Mais certes leur parolle est pour vaine tenue.

11 Hors de leut sinagogue ilz m'ont tours deiecté,
    Espians mes chemins, pour en leurs lacqs me prendre:
    Puis leur regard ilz ont en la terre arreste,
    Se destournanz de toy, pour tout confas me rendre.

12 Tendu ont leurs filetz pour me prendre à la mmort,
    Ainsi que le lyon est habile à la proye,
    Et comme lyonceaux sont cahez en leur fort,
    Pour la brebis surprendre en passant par la voye.

13 Seigneur Dieu leue toy, et ma cause soustiens:
    Verse mon ennemy, qui tant se fait cognoistre:
    Rechapte l'ame aussi hors des estoicts liens,
    De ce malign qui est le glaiue de ta dextre.

14 Separe d'auerq toy ceulx qui nous ont chasser:
    Car quand ilz sont bien faoulz, ou mement à leur aise,
    Laissent le ceste aux leurs, comme ayant faict assez,
    Toutesfois n'ont soulcy de chose qui te plaise.

15 Mais moy qui aymemieulx iustice que tresors,
    Ma foy me conduyça deuant ta face, o Pere,
    Dont des yeulx de l'esprit clairte voyant, allors
    Raffasie seray, ainsi comme i'espere.