Difference between revisions of "Celuy par qui lumier habonde, Psalme XXVII (Didier Lupi second)"

From ChoralWiki
Jump to navigation Jump to search
m
Line 18: Line 18:
  
 
==Original text and translations==
 
==Original text and translations==
{{Text|French|put text here}}
+
{{Text|French| Celuy par qui lumier habonde
 +
  En ce monde,
 +
  Est mon salut et mon pouuoir:
 +
  C'est ma vie, mon asseurance,
 +
  Esperance.
 +
  De qui doyie donc craincte auoir?
 +
 
 +
2 Quand tous mes enemis se vantent,
 +
  Et presentent
 +
  Pour m'enlourir et oultrager,
 +
  Tu les mets (par ta bonté digne)
 +
  En ruyne,
 +
  Ne pouans l'ame endommager.
 +
 
 +
3 alors que sera leur armée
 +
  Animée
 +
  Contre moy, crainte ie n'auray,
 +
  Et quand il fauldra qu'on ma baille
 +
  La bataille,
 +
  Adoneq en seurté ie seray.
 +
 
 +
4 Et si ie y meurs, faueur plus grande
 +
  Ne demande:
 +
  Car d'un seul poinct ay prié Dieu:
 +
  Et aultre chose plus parfaicte
 +
  Ne soubhaite,
 +
  Que d'habiter en son sainct lieu.
 +
 
 +
5 La Seigneur en son tabernacle,
 +
  Par miracle,
 +
  Lors par grace me cachera,
 +
  Comme sur une roche estroicte,
 +
  Et si droicte,
 +
  Qu'homme aulcun ne me fascera.
 +
 
 +
6 Quand il vouldra, l'auray victoire
 +
  Peremptoire,
 +
  De ceulx qui me font tant  d'ennuy:
 +
  Dont luy offre actions de graces
 +
  en ces places,
 +
  Et chantant m'efiouys en luy.
 +
 
 +
7 O Seigneur doncne mets arriere
 +
  Ma priere,
 +
  Exauce ma dolente voix,
 +
  Ayes de moy misericorde,
 +
  Et m'accorde
 +
  Ton sainct secours à ceste foys.
 +
 
 +
8 Mon cœur souuent à ta hautesse
 +
  Se confesse,
 +
  Ma face te cerche et mes yeulx,
 +
  O que souuent ie te desire,
 +
  Helas Sire,
 +
  Que te veoir suis curieux.
 +
 
 +
9 N'eslongne point de moy ta face,
 +
  Que pourchasse,
 +
  Et ne m'abandonne, O Saulueur,
 +
  Ne veulle pas ausi destruire,
 +
  Ne reduire
 +
  En rien ton humble seruiteur.
 +
 
 +
10 Ne melaisse point, car mon pere
 +
  Et ma mere
 +
  M'ont maintenant abandonné,
 +
  Tant que sans leur ayde à ceste heure
 +
  Ie demeure:
 +
  Ton secours doncq me soit donné.
 +
 
 +
11 Seigneur enseigne moy ta voye,
 +
  Que ie voye
 +
  Les chemins plus droict et entiers.
 +
  Pour euiter les embuscADES
 +
  eT œillades,
 +
  De ceulx qui guettent les sentiers.
 +
 
 +
12 Ne me merz au veul tyrannique,
 +
  Et inimique,
 +
  De mes capitaulx ennemis
 +
  Car ilz ont des tesmoigns periures
 +
  Qui ordures
 +
  Et crimes ont dessus moy mis.
 +
 
 +
13 Troublé me fusse en leurs menasses,
 +
  Et fallaces:
 +
  Mais ie m'attens de voir lebien
 +
  Du Seigneur (que se dois requerre)
 +
  En la terre,
 +
  Des viuans, ou mort ne peut rien.
 +
 
 +
14 Chrestien donc qui cognois la trace
 +
  De sa grace,
 +
  Espere en luy virilement.
 +
  Il consolera ta pensée
 +
  Offensée,
 +
  Doubter n'en fault aucunement.
 +
}}
  
 
[[Category:Sheet music]]
 
[[Category:Sheet music]]
 
[[Category:Renaissance music]]
 
[[Category:Renaissance music]]

Revision as of 03:23, 28 June 2022

Music files

L E G E N D Disclaimer How to download
ICON SOURCE
Icon_pdf.gif Pdf
Icon_snd.gif Midi
MusicXML.png MusicXML
Icon_ly.gif LilyPond
File details.gif File details
Question.gif Help
  • (Posted 2022-06-28)  CPDL #69818:       
Editor: Andreas Stenberg (submitted 2022-06-28).   Score information: A4, 3 pages, 101 kB   Copyright: CPDL
Edition notes: A semi-diplomatic edition.

General Information

Title: Celuy par qui lumier habonde, Psalme XXVII
Composer: Didier Lupi second
Lyricist: Giles Daurignycreate page
Number of voices: 4vv   Voicing: SATB
Genre: SacredSacred song

Language: French
Instruments: A cappella

First published: 1549
Description: The fourth song in Didier Lupi Second's "Psalmes Trente du Royal Prophete David ..." printed by G. & M. Beringen 1549. The text is Giles Daurignys verified rendition in French of Psalm XXVII "Dominus Illuminatio mea Et salus mea.

External websites:

Original text and translations

French.png French text

  Celuy par qui lumier habonde
  En ce monde,
  Est mon salut et mon pouuoir:
  C'est ma vie, mon asseurance,
  Esperance.
  De qui doyie donc craincte auoir?

2 Quand tous mes enemis se vantent,
   Et presentent
   Pour m'enlourir et oultrager,
   Tu les mets (par ta bonté digne)
   En ruyne,
   Ne pouans l'ame endommager.

3 alors que sera leur armée
   Animée
   Contre moy, crainte ie n'auray,
   Et quand il fauldra qu'on ma baille
   La bataille,
   Adoneq en seurté ie seray.

4 Et si ie y meurs, faueur plus grande
   Ne demande:
   Car d'un seul poinct ay prié Dieu:
   Et aultre chose plus parfaicte
   Ne soubhaite,
   Que d'habiter en son sainct lieu.

5 La Seigneur en son tabernacle,
   Par miracle,
   Lors par grace me cachera,
   Comme sur une roche estroicte,
   Et si droicte,
   Qu'homme aulcun ne me fascera.

6 Quand il vouldra, l'auray victoire
   Peremptoire,
   De ceulx qui me font tant d'ennuy:
   Dont luy offre actions de graces
   en ces places,
   Et chantant m'efiouys en luy.

7 O Seigneur doncne mets arriere
   Ma priere,
   Exauce ma dolente voix,
   Ayes de moy misericorde,
   Et m'accorde
   Ton sainct secours à ceste foys.

8 Mon cœur souuent à ta hautesse
   Se confesse,
   Ma face te cerche et mes yeulx,
   O que souuent ie te desire,
   Helas Sire,
   Que te veoir suis curieux.

9 N'eslongne point de moy ta face,
   Que pourchasse,
   Et ne m'abandonne, O Saulueur,
   Ne veulle pas ausi destruire,
   Ne reduire
   En rien ton humble seruiteur.

10 Ne melaisse point, car mon pere
   Et ma mere
   M'ont maintenant abandonné,
   Tant que sans leur ayde à ceste heure
   Ie demeure:
   Ton secours doncq me soit donné.

11 Seigneur enseigne moy ta voye,
   Que ie voye
   Les chemins plus droict et entiers.
   Pour euiter les embuscADES
   eT œillades,
   De ceulx qui guettent les sentiers.

12 Ne me merz au veul tyrannique,
   Et inimique,
   De mes capitaulx ennemis
   Car ilz ont des tesmoigns periures
   Qui ordures
   Et crimes ont dessus moy mis.

13 Troublé me fusse en leurs menasses,
   Et fallaces:
   Mais ie m'attens de voir lebien
   Du Seigneur (que se dois requerre)
   En la terre,
   Des viuans, ou mort ne peut rien.

14 Chrestien donc qui cognois la trace
   De sa grace,
   Espere en luy virilement.
   Il consolera ta pensée
   Offensée,
   Doubter n'en fault aucunement.