Donne secours, Seigneur, il en est l’heure (Psalm 12) (Claude Goudimel)

From ChoralWiki
Jump to navigation Jump to search

Music files

L E G E N D Disclaimer How to download
ICON SOURCE
Icon_pdf.gif Pdf
File details.gif File details
Question.gif Help
  • (Posted 2020-07-08)  CPDL #59609:   
Editor: Éric Leroy (submitted 2020-07-08).   Score information: A4, 2 pages, 176 Kio kB   Copyright: CPDL
Edition notes: Partition éditée d'après le recueil "Les Maîtres Musiciens de la Renaissance Française, éditions publiées par M. Henry Expert"

General Information

Title: Donne secours, Seigneur, il en est l’heure (Psalm 12)
Composer: Claude Goudimel
Lyricist: Clément Marot

Number of voices: 4vv   Voicing: SATB
Genre: SacredMotet

Language: French
Instruments: A cappella

First published: 1568

Description:

External websites:

Original text and translations

French.png French text

Clément Marot :

Donne secours, Seigneur, il en est l’heure
Car d’hommes droits sommes tous denuez :
Entre les fils des hommes ne demeure
Un qui ait foi, tant sont diminuez.

Autres paroles :
Tends-nous la main, Seigneur, la mal nous presse (1729)

1. Tends-nous la main, Seigneur, le mal nous presse;
On ne voit plus d’homme juste en nos jours;
Plus de bonté, de foi, ni de sagesse;
Toi seul, tu peux nous donner du secours.

2. Les gens du siècle aiment la tromperie,
Le vain mensonge, et le déguisement;
Tous leurs discours sont pleins de flatterie;
La bouche parle, et le cœur la dément.

3. Retranche, ô Dieu, ces lèvres attrayantes,
Dont tous les jours nous sommes abusés;
Perce, Seigneur, ces langues arrogantes,
Dont tous les jours nous sommes méprisés.

4. Non, disent-ils, à quoi bon nous contraindre?
Par nos discours nous l’emportons sur tous;
Flattons, mentons, nous n’avons rien à craindre,
Nous le pouvons, nos langues sont à nous.

5. Mais mon Dieu dit : l’affligé me réclame,
J’entends ses cris, et je me lèverai.
Je sais qu’à tort son ennemi le blâme;
De ses filets je le délivrerai.

6. De ce grand Dieu la parole se trouve
Constamment pure, et pures sont ses lois,
Comme l’argent lorsque le feu l’éprouve,
Quand on l’affine au fourneau par sept fois.

7. Ton peuple, ô Dieu, gémit dans la souffrance,
Montre-toi donc plus facile à nos vœux;
Et réprimant une injuste licence,
Prends soin de nous dans ces temps malheureux.

8. Tu vois, Seigneur, que les méchants dominent,
Leur nombre est grand, la force est en leurs mains;
Les plus abjects contre nous se mutinent,
Et nous servons aux plus vils des humains.

Psautier de Genève (1729)